La montée en puissance du no-code/low-code, ou la programmation démocratisée

Publié le 14/07/2021 par Caroline Rousseau

plateforme no-code

La quantité exponentielle de nouveaux logiciels et applications met au défi tout concepteur : comment concrétiser rapidement une idée lorsque que l’on ne dispose que de peu de budget, de temps ou encore lorsque ses connaissances en programmation informatiques sont limitées ? Les plateformes no-code (“sans code”) et les logiciels de développement low-code (que l’on peut traduire par “à faible niveau de codage”) permettent de développer rapidement des applications de bureau, des applications mobiles ou encore un site Internet. 

À quoi servent les plateformes no-code et low-code ?

De telles plateformes, disponibles sur cloud, vont fournir une interface visuelle accessible aux non-professionnels de la programmation ainsi que faciliter le travail d’un développeur professionnel. Une plateforme no-code ou low-code s’avère particulièrement utile pour les applications métier en interne ou pour créer un prototype d’application externe. 

Une plateforme no-code ne contient aucune manipulation de langage de programmation tandis qu’une plateforme low-code n’en contient que très peu ; il faut cependant dans le premier cas avoir des notions en la matière ainsi qu’une vision globale du but à atteindre.

Selon Gartner (article complet en anglais), le marché mondial des technologies de développement no-code et low-code devrait totaliser 13,8 milliards de dollars de revenus en 2021, soit une augmentation de 22,6 % par rapport à 2020.

La pandémie a provoqué la généralisation du télétravail, poussé à s’adapter et proposer ses services en ligne mais aussi impulsé la collaboration à distance à grande échelle. Ainsi, c’est naturellement que le développement de plateformes sans code ou presque sont prisées par qui souhaite développer plusieurs applications efficacement et/ou avec des moyens limités (de personnel, de budget ou de compétences en programmation). Certains logiciels d’e-commerce sont un bon exemple de no-code, car ils permettent d’obtenir des sites de commerce en ligne clés en main.

Qu’en est-il sur le marché français ? Le no-code/low-code est-il là pour s’imposer au sein des PME françaises ? Certaines tendances que l’on observe en analysant les moteurs de recherche semblent se détacher en faveur d’une adoption grandissante de telles solutions.

À qui s’adressent le no-code et le low-code ?

Le no-code ou l’avènement des citizen developers

Gartner définit le citizen developer (“développeur citoyen”) comme un individu ayant des connaissances en programmation mais qui n’est pas développeur professionnel. Par intérêt personnel ou grâce à un environnement de travail technologique, les employés sont aujourd’hui en mesure d’acquérir des compétences dans le domaine du développement d’applications. Ainsi, les citizen developers sont en mesure de penser et de concevoir des applications pour leur propre entreprise dans le but d’améliorer des processus de travail ou améliorer un produit sans passer par une équipe technique.

Plateforme no-code
Aperçu de la plateforme no-code Daxium (source)

En effet, la programmation à l’aide d’une plateforme no-code s’effectue principalement à l’aide de manipulations en glisser-déposer et répond au concept de what you see is what you get (abrégé WYSIWYG). Une fois assemblée, l’application est testée par la plateforme avant déploiement.

Attention : une plateforme dite “no-code” peut parfois n’être qu’un terme marketing. Il est important de demander aux éditeurs de logiciels des précisions quant aux connaissances techniques requises pour utiliser leur solution.

Le low-code, un coup de pouce aux développeurs

Dans le même ordre d’idée, mais requérant des compétences de programmation plus solides, les plateformes low-code permettent aux utilisateurs de travailler dans un environnement “pré-programmé” où la réalisation d’application se réalise en grande partie visuellement, à l’aide de blocs et de widgets. Une plateforme low-code requiert cependant la saisie de lignes de code.

Concrètement, une plateforme low-code peut servir à développer rapidement plusieurs applications afin de rester compétitif, ou encore à tester un projet, le tout de manière flexible.

Plateforme low-code
Aperçu de la plateforme low-code OutSystems (source)
La mise à disposition d’outils low-code et no-code peut en soi encourager l’apparition de citizen developers au sein d’une entreprise, notamment lorsque celle-ci fonctionne de manière “agile”. Il est important de converser en amont avec l’éditeur afin d’exposer ses besoins et faire un choix éclairé lors de la sélection du meilleur outil pour son entreprise.

Avec les logiciels low-code et no-code, les individus à l’aise avec la technologie et capables de manipuler des données peuvent créer une application même sans compétences avancées en termes de code ou de développement logiciel. Dans les deux cas, l’utilisation de telles plateformes participe à la transformation numérique d’une entreprise ainsi qu’à réduire le  phénomène de shadow IT, c’est-à-dire la prolifération de données créées au sein de l’entreprise, potentiellement non sécurisées.

No-code/low-code, une tendance mondiale qui décolle aussi en France

Selon l’étude Gartner précédemment citée, ils sont en moyenne 41 % d’employés dans le monde (hors développeurs professionnels), à être en mesure de personnaliser des données ou d’élaborer des solutions technologiques selon leurs besoins. Ce chiffre devrait grimper jusqu’à 50 % d’ici fin 2025. Sur les 13,8 milliards de dollars de revenus générés en 2021 par le secteur du low développement en général, les plateformes permettant le développement d’application low-code/no-code représentent près de 42 % du marché, soit 5 751,6 milliards de dollars.

La première occurrence en France dans l’outil Google Keyword Planner des termes “plateforme no-code” remonte à juin 2019. Depuis le début de l’année 2021, on constate une tendance plus forte du “no-code” puisque les 140 recherches mensuelles des utilisateurs dépassent les “plateformes low code” qui culminent à 90 recherches par mois sur Google. 

C’est une tendance que l’on retrouve sur le marché américain puisque les recherches mensuelles concernant le no-code ont décuplé en 3 ans, passant de 320 à 3 200. Le low-code, bien que légèrement moins rapide, n’est pas en reste puisque les recherches ont triplé passant de 720 à 2 400 recherches mensuelles.

À noter que Gartner considère les plateformes d’application no-code comme étant des plateformes low-code ne nécessitant que de la saisie de textes simples ; l’entreprise les inclut donc dans les plateformes d’applications low-code, appellation abrégée en “LCAP” dans le rapport (pour “low-code application platforms”). 

Les revenus à l’échelle mondiale des LCAP ont augmenté de 65 % depuis 2019 quand toute la technologie de low development a augmenté de 51 % dans le même temps.

On comprend donc bien à la fois la double tendance de démocratisation de ce genre de solutions et la nécessité pour les éditeurs de logiciels d’offrir des fonctionnalités et supports de vente compris du plus grand nombre.

Faites passer votre start-up à l’étape supérieure sans surcharger vos ingénieurs

Les équipes techniques et d’ingénierie logicielle étant souvent débordées, de nombreuses équipes internes prennent les choses en main et achètent leurs propres logiciels. Cette solution de contournement peut s’avérer problématique et causer des problèmes à terme. Ce nouveau logiciel pourrait poser une menace pour la sécurité ou il pourrait devoir être intégré ultérieurement à d’autres outils, ce qui pourrait causer des maux de tête à votre équipe technique.

Cette méthode permet également d’autonomiser des équipes sur des projets spontanés qui n’auront pas besoin de mobiliser des développeurs autrement débordés. Le logiciel no-code sera choisi sous l’égide du responsable informatique qui saura en juger la fiabilité et la pertinence, ainsi que la sécurité. L’organisation agile permet d’accompagner la mise en œuvre de tels projets, en favorisant la flexibilité des plannings selon les priorités.

Les logiciels low-code ou no-code peuvent vous aider à gagner en efficacité. Vous pourrez ainsi vous concentrer sur vos objectifs, quels qu’ils soient : développer votre présence en ligne, créer une campagne marketing pour augmenter l’engagement ou gagner des utilisateurs, etc. 

Et maintenant ? Consultez notre catalogue de plateformes no-code pour trouver l’outil qu’il vous faut.

Les applications sélectionnées dans cet article ont été choisies afin d’illustrer une ou plusieurs fonctionnalités ; elles ne font cependant pas office de recommandation de notre part. Elles ont été obtenues de sources jugées fiables au moment de la publication.


Cet article peut faire référence à des produits, programmes ou services qui ne sont pas disponibles dans votre pays, ou qui peuvent être limités par les lois ou règlements de votre pays. Nous vous suggérons de consulter directement l'éditeur du logiciel pour obtenir des informations sur la disponibilité du produit et le respect des lois locales.


Partager cet article