Pourquoi GetApp est gratuit

Comment les PME peuvent-elles s’adapter à l’essor de la ville intelligente ?

Publié le 06/09/2023 par Sabrina Khoulalène

Quel est le point commun entre les communes de New York, Barcelone et Issy-les-Moulineaux ? Toutes sont des championnes de la ville intelligente, appelée également smart city, un concept de développement urbain qui vise entre autres à améliorer la qualité de vie des habitants à travers l’usage de la technologie. Qu’implique exactement cette idée ? Quels enjeux suppose-t-elle pour les entreprises hexagonales, et plus particulièrement les PME ?

La ville intelligente

Les démarches administratives de votre ville ont été dématérialisées ? Des applications mobiles vous permettent de rentrer en contact directement avec les services de votre commune ? Vous avez la possibilité de voter pour les dispositifs de votre quartier ? Si vous répondez “oui” à toutes ces questions, il est possible que vous résidiez dans une smart city. 

Alors que, selon l’ONU (article en anglais), 2 personnes sur 3 dans le monde vivront dans un espace urbain d’ici 2050, la ville intelligente s’impose comme un projet de premier plan mené par l’Union européenne afin de proposer un environnement à la fois durable, humain et numérique aux administrés. 

Parce que les avancées technologiques, relatives par exemple à l’Internet des objets ou à l’intelligence artificielle, sont au cœur de leur concept, ces nouvelles villes présentent des enjeux non seulement pour les citadins, mais aussi pour les entreprises en matière d’investissement, de développement et de cybersécurité

En explorant la prise de conscience, l'intérêt et les préoccupations des citoyens, l’enquête de GetApp, menée auprès de 1 004 personnes résidant dans des villes françaises de plus de 100 000 habitants, fournit aux organisations, et plus particulièrement aux PME, des informations sur les opportunités et les défis qu’implique le projet de ville intelligente afin qu'elles restent compétitives dans ces environnements modernes. Une méthodologie complète est disponible à la fin de cet article.

Smart city en France : prise de conscience, usages et perception des citoyens interrogés

Qu’est-ce qu’une smart city ?

Telle que définie par la Commission européenne (article en anglais), une smart city (ou ville intelligente) désigne un espace urbain où les réseaux et les services traditionnels sont rendus plus efficaces pour ses habitants et ses entreprises grâce à l'utilisation de solutions numériques.

Lyon, Nantes, Montpellier, Lille… La France regorgerait de villes intelligentes aux procédés innovants permettant d’améliorer la qualité de vie de leurs habitants. Cependant, les résidents hexagonaux sollicités pour notre enquête savaient-ils à quoi se référait ce principe avant de lire notre définition ? Oui, pour une courte majorité (56 %), 29 % d’entre eux sachant exactement de quoi il s’agissait et 27 % étant familiarisés avec le concept, mais pas avec le nom. Un autre partie non négligeable (44 %) en ignoraient, quant à eux, les tenants et les aboutissants. Pourtant, il se peut qu’ils utilisent des services propres à la smart city sans en avoir conscience.

Quels services peuvent être proposés dans une ville intelligente ?

Différents types de service peuvent être mis à la disposition des citadins dans une ville intelligente, et ont été présentés à l’échantillon de Français de notre enquête, comme ceux relatifs à : 

  • la mobilité intelligente (ex. : stations de rechargement pour voitures électriques),
  • la gouvernance électronique (procédures administratives en ligne),
  • la sécurité intelligente (vidéosurveillance dans les espaces et les transports publics),
  • les services durables intelligents (applications anti-gaspillage),
  • l’énergie intelligente (compteurs intelligents pour l'eau et l'électricité),
  • la santé intelligente (consultations à distance dans les hôpitaux),
  • l’enseignement intelligent (formations en ligne),
  • les finances et paiements intelligents (transactions numériques),
  • les télécommunications intelligentes (Wi-Fi gratuit dans toute la ville),
  • la planification urbaine intelligente (fermes urbaines).

Parmi les services susmentionnés, trois sont communément disponibles dans les villes des habitants ayant répondu à notre enquête : la mobilité intelligente (74 %), les finances et paiements intelligents (54 %) et l’énergie intelligente (42 %). 

Les deux premiers sont également les plus majoritairement utilisés par notre panel : 51 % affirment avoir recours à la mobilité intelligente et 44 % aux finances et paiements intelligents. En troisième position se hisse l’énergie intelligente (29 %), suivie des télécommunications intelligentes (25 %) et des services durables intelligents (24 %). 

Ainsi, même si l’idée de smart city n’est pas encore connue de tous, ses dispositifs ont déjà été expérimentés. Mais incitent-ils les citoyens à les voir se développer davantage ? Il semblerait que le concept intrigue : 66 % des sondés disposant des services cités plus haut dans leur commune affirment vouloir vivre dans une ville plus intelligente. 

Cet intérêt de la part des citadins peut supposer des opportunités pour les PME dont le domaine d’activité entre en ligne de compte dans l’aboutissement de ce projet. En effet, l’avancée de la smart city prévoit une coopération active et accrue entre le public et le privé. Ainsi, quels secteurs pourraient être concernés et quelles technologies devront être étudiées ?

Quelles opportunités pour les PME dont l’activité s’applique au concept de la ville intelligente ?

Les secteurs qui peuvent bénéficier du développement des villes intelligentes

Afin de déterminer les secteurs susceptibles de bénéficier du développement des smart cities, nous avons demandé à notre échantillon de citadins quels étaient les aspects sur lesquels devraient se concentrer ces villes. En tête de classement figurent : les transports (plébiscités par 38 % des sondés), la gestion des déchets (35 %) et  la santé (35 %), soit trois secteurs clés qui pourraient participer, selon eux, à optimiser le fonctionnement des municipalités. Parmi les autres domaines qui ont la même portée et communément désignés par les répondants, on peut citer la sécurité et la protection des citoyens (34 %), la gestion de l’énergie (32 %), la gestion de l’eau (32 %) ou encore le développement urbain et le logement (26%). 

Aspects importants des villes intelligentes

Des secteurs pour lesquels les personnes interrogées voudraient bien voir davantage d’investissements dans les prochaines années. Aussi ce souhait est-il exprimé par : 

  • 42 % pour la gestion de l’énergie,
  • 40 % pour les transports,
  • 36 % pour la gestion des déchets,
  • 33 % pour la gestion de l’eau,
  • 32 % pour la santé,
  • 29 % pour le développement urbain et le logement,
  • 24 % pour la sécurité et la protection des citoyens.

Face aux perspectives qu’offre le concept de ville intelligente, les PME des différents secteurs cités ont donc tout intérêt à modifier leur approche pour s’adapter à ces environnements modernes et à étudier les technologies à intégrer pour rendre leur activité plus compatible avec ce projet qui est de rendre le quotidien des citadins plus agréable en proposant des services toujours plus efficaces. 

Les technologies clés à étudier qui participent aux développement des smart cities

Des pharmacies intègrent des kiosques de télémédecine, des promoteurs immobiliers installent des capteurs dans les immeubles pour détecter plus facilement les dysfonctionnements des parties communes, des sociétés de télécommunication proposent des systèmes intelligents de stationnement… Modifier leur approche pour répondre à l’essor des smart cities, c’est que font déjà certains types d’entreprises en adoptant des nouvelles technologies. Quelles sont celles que les personnes sondées ont remarquées dans leur ville ?

Parmi les plus présentes dans les communes des citoyens français interrogés, citons : 

  • 48 % : la 5G (ex. : Wi-Fi gratuit plus rapide),
  • 29 % : les technologies géospatiales (GPS pour les transports publics) ,
  • 27 %: l’Internet des objets (capteurs intelligents pour suivre le trafic),
  • 23 % : l’intelligence artificielle (assistants virtuels),
  • 23 %: les technologies de communication des informations (programmes d'apprentissage à distance).

D'autres procédés sont également liés au développement des villes intelligentes, tels que :

  • les services biométriques (cartographie d’empreintes digitales),
  • la robotique (utilisation de robots pour la manipulation de matériaux dangereux ou pour la désinfection).

Des technologies qui semblent convaincre les citadins sondés, un désir de les voir se répandre dans leur municipalité étant manifesté. 

Technologies liées aux smart cities

Aussi, est-il recommandé aux PME souhaitant s’inscrire au développement des villes intelligentes d’étudier ces technologies et de savoir comment les intégrer dans leur activité afin de proposer des services et des solutions qui participent à rendre le quotidien des citadins plus simple.

Conseil technologique aux PME : l’utilisation d’outils de BI (Business Intelligence) peut aider les PME à comprendre comment la technologie pourrait s’inscrire dans leur stratégie d'entreprise et être mise en œuvre.

En plus des nouvelles technologies, quels autres aspects doivent être pris en compte par les PME désireuses de prendre part à l’avancée des villes intelligentes ?

Smart city en France : quelles sont les attentes des citoyens sondés ?

Quand le concept de la ville intelligente va de pair avec celui d’une ville durable

Durable, humaine et numérique, tels sont les qualificatifs principaux qui constituent l’essence des smart cities. Et parmi les trois, un semble sortir du lot au yeux des personnes que nous avons interrogées. En effet, 38 % estiment que la durabilité est l’aspect le plus primordial pour le développement d’une ville intelligente. D’après eux, les technologies utilisées dans les villes intelligentes devraient contribuer à rendre les villes plus respectueuses de l'environnement et à réduire les déchets.

Importance de la durabilité pour le développement de la ville intelligente

Preuve du caractère important et attendu de ce principe : 79 % des sondés sont “d’accord” ou “tout à fait d’accord” avec l’idée que grâce à une stratégie de ville intelligente, les municipalités seront plus durables. Par ailleurs, 22 % jugent qu’une durabilité accrue constituerait un des principaux avantages des villes intelligentes. 

Des considérations à prendre en compte par les PME qui peuvent avoir une influence directe sur la vie des citoyens et qui seront amenées à dialoguer avec les services publics. Ainsi, la notion de progrès technologique se doit d’être indissociable de celle de développement durable. Face aux défis liés aux réchauffements climatiques, il s’avère important pour les entreprises des secteurs clés de la smart city (comme ceux du transport, de la gestion des déchets, de la santé, de la gestion de l’énergie, de la gestion de l’eau ou encore du développement urbain et du logement) de mettre en place des solutions à portée durable et écoresponsable pour permettre le bien-être des citadins sur le long terme.

Une recherche de confort et de gain de temps

Rendre le quotidien des citadins plus simple passe par des dispositifs leur permettant de gagner en confort et en temps. C’est ce que confirment certains individus sollicités pour notre enquête, 20 % jugeant que la praticité est l’aspect le plus important pour le développement d’une ville intelligente. Aussi s’attendent-ils à ce que les technologies utilisées dans les smart cities contribuent à rendre les services plus pratiques.

D’ailleurs parmi les principaux avantages attendus par les répondants, plusieurs ont attrait à la commodité comme : 

  • un gain de temps (désigné par 45 % des sondés),
  • un accès aux informations en temps réel (32 %),
  • une dématérialisation (25 %).
L’un des avantages des villes intelligentes seraient le gain de temps

Toujours dans une volonté accrue de praticité, 83 % sont “d’accord” ou “tout à fait d’accord” avec l’idée qu’une stratégie de ville intelligente participerait à rendre les services administratifs globalement plus efficaces. Tel est donc l’un des objectifs que doivent atteindre les PME qui souhaitent bénéficier des opportunités que suppose le développement des smart cities.

L’amélioration de la qualité de vie en ligne de mire

Rendre les services publics plus efficaces participe indéniablement à améliorer l’environnement urbain et le sentiment de bien-être au sein des municipalités. C’est d’ailleurs ce à quoi s’attendent : 

  • 85 % des citoyens interrogés qui sont “d’accord” ou “tout à fait d’accord” avec l’idée que la mise en place d’une stratégie de ville intelligente a pour but d’améliorer la qualité des services urbains,
  • 79 % qui sont  “d’accord” ou “tout à fait d’accord” avec l’affirmation selon laquelle le développement des smart cities sert à rendre la qualité de vie meilleure.

La qualité de vie est également prônée quand l’amélioration des transports (31 %) et des espaces publics (22 %) sont considérés comme des avantages clés des villes intelligentes. Aussi ce but doit-il toujours être poursuivi par les PME au moment de penser à des solutions innovantes compatibles avec le concept de la smart city.

Conseil technologique aux PME : à travers l’utilisation d’outils de sondage, les entreprises peuvent lancer des enquêtes en ligne afin de récolter l’avis de citadins sur leur satisfaction quant aux infrastructures de leur ville. Grâce à leurs retours, elles pourront définir des axes d’amélioration et réfléchir aux services qu’elles pourraient développer ainsi qu’aux technologies à adopter afin de répondre efficacement à leurs besoins.

Même si la perspective de vivre dans une ville plus intelligente suscite des attentes et est synonyme d’avantages pour les citoyens interrogés, l’utilisation accrue de technologies qu’elle suppose engendre certaines craintes.

Quelles sont les craintes liées au développement de la ville intelligente que les PME doivent prendre en compte ?

Un manque de protection des données personnelles

Comme souvent lorsque l’on parle de numérisation, des craintes liées à la protection des données personnelles surgissent chez les particuliers. Quand on interroge notre échantillon de citadins français, 55 % affirment que l’utilisation de leurs informations à des fins commerciales ou publicitaires les inquiète quand 67 % sont préoccupés par les risques de cyberattaques et de ransomware.

Ainsi, nombreux sont ceux à émettre des réserves à l’idée de partager des données personnelles avancées comme nécessaires et pertinentes à l’utilisation d’un service pour rendre le modèle de la ville intelligente plus efficace. De ce fait : 

  • 47 % ne sont pas du tout ou peu disposés à partager leurs données d’habitudes de consommation (contre 33 % qui sont disposés ou tout à fait disposés à le faire),
  • 45 % sont de cet avis pour les données relatives aux relations sociales (contre 32 %),
  • 44 % pour les données médicales (contre 34 %),
  • 44 % pour les données biométriques (contre 33 %),
  • 40 % pour les données de géolocalisation (contre 35 %).

En revanche, cette réticence se fait moins sentir quand il s’agit de données relatives aux transports publics (47 % étant disposés ou tout à fait disposés à les communiquer) et à la mobilité intelligente (43 %).

Afin de réduire les risques de violation des données, les personnes sondées considèrent que les entreprises devraient prendre des mesures concrètes pour assurer la protection des informations personnelles des citoyens, les principales étant de : 

  • limiter le partage des données avec d’autres entreprises (58 %),
  • investir davantage dans la cybersécurité (56 %),
  • collecter le minimum de données requises (51 %).
Mesures que les entreprises devraient prendre pour protéger les données personnelles des citoyens
Conseil technologique aux PME : acquérir des logiciels de cybersécurité peut, en effet, permettre aux entreprises de se protéger face au vol des données et éviter que celles de leurs clients soient divulguées. 

Un sentiment ambivalent face à la surveillance

La collecte de données personnelles pose la question du respect de la vie privée car elle peut permettre aux entreprises de connaître en détail les habitudes et comportements de leurs utilisateurs et, dans certains cas, être détournée à des fins qui s’apparentent à de la surveillance, par exemple quand des organisations écoutent les conversations de leurs clients afin d’établir un meilleur ciblage commercial. 

Le principe de surveillance suscite un sentiment ambivalent parmi nos répondants. Aussi est-il toléré seulement s’il s’inscrit dans un enjeu de sécurité et de protection des citoyens. En effet, 34 % estiment que les villes intelligentes devraient se concentrer davantage sur cet aspect et 29 % jugent qu’une sécurité optimisée constitue l’un de leurs principaux avantages. Ainsi, ces résultats pourraient-ils supposer qu’une confiance totale est accordée à la technologie pour assurer la protection des citoyens ? Pas tout à fait, si 22 % répondent qu’ils se sentiraient complètement en sécurité dans le cas où leur ville utiliserait des technologies de surveillance (telles que la vidéo surveillance, la reconnaissance faciale ou encore les capteurs de sons), 55 % émettent certaines réserves en précisant que l’intervention humaine reste également très importante quand 16 % n’accordent pas du tout de crédit à ces dispositifs pour assurer leur sûreté. 

Au-delà de la méfiance, la surveillance fait naître de réelles craintes pour 60 % des sondés quand elle se révèle cachée ou abusive, par exemple dans le cas où des entreprises ou des entités publiques utilisent les données personnelles collectées afin de traquer les faits et gestes des utilisateurs alors qu’une autorisation n’a pas été demandée au préalable. 

Risque de surveillance abusive au sein des villes intelligentes

Respecter des principes éthiques s’avère alors la clé pour rassurer les utilisateurs. Pour ce faire, les PME se doivent d’être conformes au Règlement général sur la protection des données (RGPD) et d’appliquer une communication transparente relative au traitement des informations, notamment quand elles se servent de fonctionnalités et de procédés pouvant induire à la surveillance, comme la géolocalisation, le microphone ou les objectifs des smartphones, en expliquant clairement à quels fins elles sont utilisées et en appliquant le droit à l’effacement des clients. 

Conseil technologique aux PME : pour s’assurer d’être conformes aux règles relatives à la gestion des données clients, les entreprises peuvent avoir recours à des logiciels pour RGPD qui ont pour but de les aider à identifier les informations sensibles et à garantir un traitement sécurisé.

Comment les PME peuvent-elles participer à l’essor du concept de smart city en France ?

Les entreprises joueront un rôle clé, main dans la main avec les administrations publiques, dans le développement des villes intelligentes, et les PME peuvent trouver un intérêt à saisir cette opportunité en adaptant leurs offres et en proposant des solutions visant à améliorer le quotidien des citadins. Avant de se lancer, certaines dispositions se doivent d’être prises comme : 

  • étudier si son secteur et son domaine d’activité peuvent s’appliquer dans le fonctionnement des villes intelligentes,
  • garder en tête, au moment de réfléchir à de nouvelles offres, les attentes des citadins qui sont à la recherche de plus de durabilité, de praticité et d’une meilleure qualité de vie,
  • connaître les craintes des particuliers relatives notamment au traitement des données personnelles et à une surveillance abusive, et les surmonter en veillant à toujours communiquer clairement sur la manière dont les informations des utilisateurs seront collectées et à quelles fins,
  • intégrer des nouvelles technologies qui permettent d’améliorer ses services et de proposer des solutions tout aussi innovantes qu’efficaces.

Nous traiterons plus en détail des opportunités et enjeux technologiques que suppose le développement de la smart city dans le second volet de notre enquête.

Et maintenant ? Consultez notre catalogue de logiciels de cybersécurité pour trouver l’outil qu’il vous faut.


Méthodologie

Pour collecter les données de ce rapport, nous avons mené une enquête en ligne en juin 2023 regroupant la participation de 1 004 répondants. Les critères de sélection des participants étaient les suivants :

  • Réside dans une ville française de plus de 100 000 habitants
  • Âgé(e) de plus de 18 ans
  • Capable d’identifier correctement la définition d’une ville intelligente


Cet article peut faire référence à des produits, programmes ou services qui ne sont pas disponibles dans votre pays, ou qui peuvent être limités par les lois ou règlements de votre pays. Nous vous suggérons de consulter directement l'éditeur du logiciel pour obtenir des informations sur la disponibilité du produit et le respect des lois locales.

À propos de l'auteur

Sabrina, analyste de contenu pour GetApp, suit les dernières tendances technologiques et donne des conseils stratégiques aux PME. Fan de cinéma, rock et tennis.

Sabrina, analyste de contenu pour GetApp, suit les dernières tendances technologiques et donne des conseils stratégiques aux PME. Fan de cinéma, rock et tennis.